Compétences en GP : Le gestionnaire de projet, un praticien réflexif

Chercheure responsable : Caroline Coulomb
Co-chercheurs : Monique Aubry
Étudiante de maitrise : Maha Foujri  

L’objectif de ce projet de recherche est (1) d’évaluer les compétences utilisées en mode réflexif lors de la gestion de projet-programme ou portefeuille et (2) de déterminer les outils clés au mode réflexif du gestionnaire de projet.

En gestion de projet, le praticien est amené à travailler dans un environnement complexe qui se caractérise par un degré élevé d’incertitude. De plus, la nature des tâches et rôles des praticiens ont subi plusieurs changements, incitant les praticiens de passer de l’exécution des théories et modèles appris au développement de compétences transférables d’un projet à l’autre. Les gestionnaires de projet naviguent dans un environnement complexe caractérisé par une grande interdépendance entre plusieurs projets.

Les structures organisationnelles traditionnelles ont été remplacées par des structures largement plus compliqués, telles que les alliances et les partenariats. Le progrès technologique a fait que le praticien doit être en mesure de gérer une équipe virtuelle globale et se voit dans l’obligation de maitriser de nombreux outils technologiques. De plus, le changement au niveau des valeurs sociales implique que le praticien doit s’adapter aux changements des systèmes éthiques.

L’ensemble de ces facteurs nécessite de la réflexivité, c’est–à-dire une capacité de s’adapter et d’apprendre à travers l’expérience, l’intuition et l’application de théories (Winter et al. 2006). Les compétences réflexives chez le gestionnaire de projet sont aussi très importantes pour la maitrise du contexte socio-politique de l’organisation (Smith, 2001).

Un praticien réflexif doit être capable d’adapter sa façon de faire à des situations complexes en tenant compte de son savoir-faire et de son expérience. De plus, il est en apprentissage constant et doit être en mesure de synchroniser ses compétences réflexives avec ses actions, le tout en cohérence avec l’organisation dans laquelle il évolue, ce qui nécessite un éventail de compétences de diverses natures mais aussi la maîtrise de certains outils reconnus comme favorisant la réflexivité.